Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA
FACHES-THUMESNIL

Ren Ppin et l'opration Dynamo Dunkerque

Le 15 mai ds l'aube, nouvelle attaque allemande sur Gembloux. Les pertes sont terribles des deux cts mais les blinds allemands sont arrts. Victoire franaise sans lendemain car les troupes sont puises, il n'y a plus de rserves et le dsastre de la Meuse va obliger toutes ces troupes un rapide repli sur l'Escaut qui commencera ds le lendemain. Sur la Meuse, en quelques heures les blinds ennemis s'engouffrent dans le trou bant et vont atteindre Novion Porcien puis Montcornet dans l'Aisne.

Cliquer pour agrandir...
(sources : http://oberkampf.muddeln.free.fr/)

Cliquer pour agrandir... sources : http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19400510Le 16 mai les panzers qui ne trouvent plus d'opposition devant eux se lancent l'avant et leurs avant-gardes atteignent La Capelle, Vervins, Guise et Marle. A la tombe de la nuit ils sont Avesnes et Aulnoye, dpartement du Nord.

Le 17 mai Avesnes est occupe ds les premires heures du jour. Landrecies est atteint et plusieurs ponts sur la Sambre sont capturs intacts. Devant tant de facilits, Rommel pousse vers l'est et stoppe sa division blinde devant Le Cateau. En soire, une tte de pont est faite sur l'Oise Ribemont.

Le 18 mai 9h les Allemands arrivent St Quentin, les dernires dfenses franaises du secteur s'croulent. Cambrai est occup.

Le 19 mai les panzers atteignent la Somme Pronne et occupent Albert, tandis que les Anglais commencent envisager le rembarquement de leurs troupes Dunkerque.

Le 20 mai l'ennemi pitine dans le secteur du Quesnoy, en fort de Mormal, Bavay o les troupes franaises rentres de Belgique rsistent. Mais plus au sud, Amiens est atteint midi. Retards par un manque d'essence, les panzers sont Abbeville 19h et, un peu plus tard dans la nuit, une avant garde pntre dans Noyelles sur Mer et aperoit la mer. Les armes belges, franaises et anglaises sont prises au pige.
Cette nuit du 20 mai, l'Allemagne vient de remporter une victoire inimaginable. En dix jours seulement ses armes ont pntr d'environ 300 kms l'intrieur des lignes franaises, isolant l'lite des armes allies aventures en Belgique et anantissant totalement sur leur passage, quatre divisions d'infanterie et une division cuirasse, dcimant quatre divisions de cavalerie, deux brigades de spahis, deux autres divisions cuirasses, plusieurs divisions d'infanterie et dtruisant, pour terminer, l'ensemble des moyens de reconnaissance et de bombardement de l'aviation franaise.

Le 21 mai en dbut d'aprs midi les allis lancent une contre attaque en direction d'Arras pour briser l'encerclement, elle est stoppe aprs de lourdes pertes dans les deux camps.

Le 22 mai la situation est catastrophique. Les panzers sont aux portes de Boulogne sur Mer, l'arme belge est en plein repli vers les Flandres, sa rsistance touche sa fin. Encercls, Franais et Anglais doivent se battre sur deux fronts. Montreuil et Hesdin sont occups.

Le 23 mai Arras et St Omer tombent et dans la soire l'ennemi arrive dans les faubourgs de Bthune.

Le 24 mai les Allemands attaquent Boulogne et Calais. Leurs blinds arrivent dix kilomtres de Dunkerque dont la dfense terrestre n'est pas encore organise lorsqu'ils reoivent l'ordre de stopper leur marche par Hitler, la Luftwaffe tant charge de liquider la rsistance. Peur d'engager ses chars dans la plaine des Flandres o l'eau commenait monter avec les inondations, souci de mnager l'Angleterre en vue d'un prochain armistice ? Cette dcision allait constituer un rpit providentiel aux allis, l'offensive terrestre allemande reprenant le 27.

Le 25 mai les Franais montrent une forte rsistance dans le Valenciennois et aux environs de Cambrai. Boulogne est occupe et Calais investi. Les Belges s'effondrent sur la Lys et le corridor qui doit permettre aux armes allies de gagner la mer est menac.