Bienvenue sur le site de l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil.

EN CE TEMPS-LA
FACHES-THUMESNIL

Ephéméride

Quelques événements du 27 FÉVRIER

27 février 1560
Signature du traité de Berwick entre l'Angleterre et les Seigneurs écossais, en vue de chasser les Français d'Ecosse.

27 février 1594
Henri IV est sacré roi de France, non pas à Reims, qui tenait encore pour la ligue, mais à Chartres ; non pas avec la sainte ampoule de saint Remi, mais avec celle de saint Martin, qu'on fit venir de Noirmoutiers. Ce fut Nicolas de Thou, évêque de Chartres, qui fit la cérémonie. Les trois ducs et pairs ecclésiastiques furent représentés, à savoir : l'archevêque de Reims par l'évêque de Chartres ; celui de Laon, par l'évêque de Nantes ; celui de Langres, par l'évêque de Digne. Dupeyrat dit qu'à la messe, le roi communia sous les deux espèces du pain et du vin. Le sacre du roi contribua beaucoup à accéléerer la reddition de Paris.

27 février 1777
Mort du duc de la Vrillière. Louis Phelipeaux, connu d'abord sous le nom de comte de Saint-Florentin, ensuite sous celui de duc de la Vrillière, devint en 1741 commandeur-secrétaire des ordres du roi. En 1756, il remplaça l'abbé de Pomponne dans la charge de commandeur-chancelier, garde des sceaux des ordres du roi. Ce fut en 1770 que, par l'érection de ses terres en duché, il prit le nom de la Vrillière.
Un des phénomènes les plus extraordinaires du règne de Louis XV fut d'y voir en place, pendant plus de cinquante ans, le duc de la Vrillière qui, parmi cette foule de ministres tour à tour disgrâciés, résista seul à tous les orages ; c'est que dans les commencements il excita peu l'envie, et par ses talents, et par le genre de son département. Au demeurant, des qualités éminentes étaient peu nécessaires dans la portion d'administration dont le duc de la Vrillière fut chargé pendant longtemps. Il avait les plus essentielles, l'esprit d'ordre, d'arrangement, d'expédition ; c'était aussi celles dont Louis XV faisait le plus de cas, et le public qui s'en trouvait bien, aimait assez ce secrétaire d'état ; la faveur publique ne s'éloigna de lui qu'au moment où, devenu esclave d'une femme orgueilleuse et avare, il servit d'organe et d'instrument à ses vengeances.
Louis XV conserva toujours pour lui une affection inaltérable, et lui en donna quelquefois des preuves signalées. Quand le duc eut une main emportée à la chasse, le roi lui écrivit de la sienne une lettre très affectueuse, et lui dit en le revoyant : « Tu n'as pas perdu qu'une main, et tu en trouveras toujours deux en moi à ton service. »
Le duc de Vrillière était membre de l'académie des inscriptions et belles-lettres. C'est à lui qu'on est redevable du rétablissement du jardin du roi. Il rendit de grands services à la ville de Marseille, qui consacra sa reconnaissance par un tableau et par une inscription, en mémoire de la protection constamment accordée à son commerce par ce ministre.